Il était une fois j’aimais

Il aurait suffit d’une petite secousse pour que j’explose en mille morceaux

Car vois-tu je trainais mes fines fissures depuis longtemps dans mon cerveau

Attendant qu’un beau jour quelqu’un les répare toutes pour moi

J’ai enfin compris que ce jour n’arriverait pas.

Mes fissures n’ont que moi pour y mettre une résine protectrice

Seulement je ne possède qu’un éventail de belles réalités factices

Aujourd’hui je suis prête à tout échanger contre une douleur authentique

J’ai passé l’âge de chercher à rester identique.

J’aime mes cicatrices qui racontent tout ce que j’ai vécu

Je ne veux pas les effacer pour faire revivre un passé déchu

Ce n’est pas grave de tomber une fois, dix fois, cent fois

Hier j’étais détruite, aujourd’hui je suis là.

Il était cent fois je tombais à la renverse

Il était cent fois j’avais le souffle coupé

Il était cent fois je survivais à l’averse

Il était une fois j’aimais.

Alfred Pellan

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s