L’intolérable intolérance

Notre société appelle à être uniforme et à correspondre à une norme, ce qui laisse beaucoup d’individus avec le choix de prétendre être quelqu’un d’autre ou de s’exposer au rejet et à la cruauté. La marginalisation est, je pense, la raison principale de comportements antisociaux, du mépris des règles et de la loi, de cette rage sourde qui pousse des êtres à des comportements extrêmes parce qu’ils ont été niés ou reniés dans leur différence et dans leur richesse. Il faut arrêter de se mentir : nous ne sommes pas tous pareils. Nous n’avons pas tous la même personnalité, le même parcours de vie et selon nos circonstances, certains d’entre nous avons dû nous adapter à des choses dont la « norme » n’a pas conscience, bien qu’elle ne se prive pas de juger. Cela ouvre la porte à un débat qui creuse souvent les différences, amenant les deux parties à se rejeter la balle mutuellement :

  • « Et les terroristes, quelle sont leurs excuses ? » demandera l’un.
  • « Pauvreté, misère, rejet et marginalisation. Ce sont des personnes paumées qui ont voulu se sentir appartenir à quelque chose de plus grand qu’eux, comme tout le monde mais ils se sont retrouvés sur le mauvais chemin parce qu’ils ont complètement été laissé tomber par la société. » répondra l’autre.
  • « Ce n’est pas une excuse ! Plein de gens ont des parcours de vie difficile et ce n’est pas pour autant qu’il vont faire des massacres ! Il faut arrêter d’essayer de justifier l’injustifiable à la fin. Il n’y a pas d’excuse et aucun mérite à choisir la violence. » rétorquera le premier.
  • « Au bout d’un moment on ne s’en sort pas seul, tout le monde a besoin d’un coup de pouce dans la bonne direction, ces personnes-là n’ont pas eu la chance d’en avoir. C’est triste, cela ne donne pas raison du tout à leurs actes mais si moins de « monsieur et madame tout le monde » s’évertuaient à essayer de réprimer et stigmatiser mais plutôt à aider et à accompagner, cela n’arriverait pas. »…

Et ainsi de suite.

Ce sujet me touche parce que j’ai filé un mauvais coton une bonne partie de ma vie à cause de l’intolérance d’autrui à la différence. Je viens d’une famille pour le moins particulière avec beaucoup de membres ayant vécu ce que je raconte et qui n’ont pas eu la chance d’être aidés. J’ai eu la chance d’avoir des parents qui m’ont bien éduquée et poussée à me cultiver, ce qui m’a permis de demander de l’aide aux bonnes personnes lorsque j’en ai eu besoin. J’ai été scolarisée dans le privé, et au fil du temps la réputation de ma famille m’a atteinte à mon tour avec des « amis » qui ont commencé à me traiter comme une bête de foire et à vouloir « m’aider » à ne pas devenir comme le reste de ma famille. Sauf que j’aimais ma famille et j’ai fini par juger mes amis de pacotille détestables de se sentir si supérieurs dans leur conformité. Depuis petite, je suis différente et je ne l’ai pas choisi. J’ai vécu dans la différence et j’ai été malmenée sans comprendre pourquoi. J’étais sans défense parce que je vivais des choses déjà très difficiles chez moi. C’est ce qui m’a le plus handicapée dans ma vie : ne pas pouvoir être moi-même sous peine d’être malmenée. C’est ce qui m’a poussée à adopter certains comportements intolérants à mon tour. En réalité il s’agit juste de savoir s’entourer des bonnes personnes, ce qui a aussi été mon gros défaut pendant tout ce temps.

La discrimination n’est toujours pas éradiquée parce que la société s’y prend très mal. C’est peut-être à cause de la mondialisation et le message à peine subliminal qui nous est envoyé depuis notre petite enfance : « Nous sommes tous pareil et nous sommes tous égaux peu importe notre milieu socio-culturel ». C’est un gros mensonge qui influence et pousse beaucoup de personnes à se comporter comme des merdes sous prétexte que comme quelqu’un se montre différent, quelque chose n’est pas normal donc il représente un danger et doit à tout prix être réprimé. C’est un message qui nous pousse à avoir peur les uns des autres et tant que ce mensonge ne sera pas contredit, le terrorisme, la violence et la discrimination existeront toujours.

L’intolérance, quelle que soit sa forme, quelle que soit son excuse, doit être combattue. Cela veut aussi dire que nous devons la combattre en nous-même.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s